Imi LICHTENFELD

Imi LICHTENFELD est né en 1910 à Budapest, en Autriche-Hongrie, (la Hongrie de nos jours), mais il a passé l’essentiel de sa jeunesse à Bratislava (capitale de l’actuelle Slovaquie) inspiré et encouragé par son père Samuel, (détective et instructeur en Chef de la Police Départementale – ancien acrobate de cirque et lutteur, professeur d’éducation physique – reconnu pour son enseignement de la Self-défense, mais aussi pour ses multiples arrestations), Imi pratiqua de nombreux sports.

Sa polyvalence sportive l’amena à se concentrer finalement sur la Gymnastique, la Lutte et la Boxe, participant pendant dix ans à grand nombre de compétitions, dont il sortit souvent vainqueur.

En 1935, une côte cassée pendant un entraînement juste avant un championnat qui devait l’emmener en Palestine l’empêche d’y participer; de cet évènement il va tirer un enseignement concernant la sécurité : « En premier, ne sois pas blessé… », une attitude contraire au principe qui consiste à « toujours vouloir gagner à tout prix ».

De 1936 à 1940, Imi se consacre plutôt à la Lutte et est considéré comme l’un des meilleurs européens dans ce domaine. Parallèlement, il pratique aussi l’Acrobatie et s’investit dans les Arts dramatiques. Il enseigne la Gymnastique à l’une des meilleures troupes théâtrales de Tchécoslovaquie et joue dans plusieurs productions.

Ce sont aussi les années où l’antisémitisme se développe dans le pays. Des groupes nazis et fascistes se répandent et les juifs sont violemment agressés.

Imi organise un groupe d’auto-défense de jeunes juifs issus pour la plupart de la Boxe, de la Lutte pour empêcher ces bandes de pénétrer dans leur quartier. De ce fait, il participe à d’innombrables affrontements et combats de rue contre des agresseurs antisémites, seul ou en groupe.

Ces nombreuses bagarres, Imi LICHTENFELDlui font prendre conscience des différences entre « le combat de rue » et « la compétition sportive ».

Les premiers principes du Krav Maga étaient nés :

– Utiliser ses réflexes, les mouvements naturels ;
– Attaque et défense simultanées ;
– Récupérer rapidement ses moyens après un coup reçu.

En 1940, Imi est un problème pour les autorités locales devenues nazies et il doit quitter son pays. Il s’embarque sur le dernier navire qui réussit à s’échapper pour tenter de rejoindre la Palestine. S’en suivra une très longue odyssée aux multiples rebondissements avant qu’il ne soit sauvé – avec cinq autres survivants – au large de la Crète par un navire de guerre anglais qui les amène à Alexandrie en Égypte. Imi au bord de la mort, est sauvé par un chirurgien après plusieurs opérations.

Après avoir récupéré, Imi rejoint la Légion Tchèque commandée par l’Armée britannique. Il sert alors en différents points du Moyen-Orient, avant de rejoindre la Hagana (armée secrète créée en 1920 pour organiser la défense des juifs en Palestine), qui l’accepte immédiatement dans l’organisation, en raison de ses compétences en matière de corps à corps.

En 1948 avec la naissance de l’État d’Israël et de l’IDF (Israeli Defensives Forces – l’armée israélienne), Imi devint Instructeur en Chef en Education physique et en Krav Maga pour l’armée. Il sert l’IDF pendant près de deux décennies, affinant et développant sa méthode de Self-défense unique.

(Imi a entraîné personnellement les meilleurs combattants des unités d’élites d’Israël et a formé de nombreuses générations d’instructeurs de Krav Maga – pour cela il a gagné la reconnaissance des plus hauts gradés de l’armée et des autorités israéliennes.)

En 1964, après s’être retiré de l’IDF, Imi commence à adapter le Krav Maga aux besoins civils. La méthode est conçue pour convenir à tout le monde : hommes et femmes, jeunes et adultes, tous ceux qui auraient besoin de survivre à une attaque avec un minimum de risque et de dommages.

Pour répandre sa méthode : Imi établit 2 centres d’entraînement à Tel Aviv et Netanya, sa ville de résidence, qui devient un centre pour les pratiquants de Krav Maga.

Il met au point un programme et un système de grades par ceinture pour structurer le Krav Maga et assurer une progression rapide en toute sécurité.

Pendant ce temps Imi continue à servir comme consultant et instructeur de Krav Maga pour l’IDF et d’autres forces de sécurité.

En 1972 la première formation d’instructeur destiné aux civils à l’institut Wingate démarre.

Dès lors la méthode d’Imi et ses valeurs commencent à se répandre.

En 1978 Imi crée l’Israeli Krav Maga Association (IKMA) pour amplifier cette diffusion. Il en restera le président jusqu’à la fin de sa vie.

Par la suite le Krav Maga, grâce aux efforts des ses disciples les plus doués (Richard DOUIEB pour la France et l’Europe, Kobi LICHTENSTEIN pour l’Amérique du Sud et Eyal YANILOV aux USA) commence à se développer dans le monde.

Jusqu’à la fin de sa vie, Imi continua à développer les techniques de Krav Maga et ses concepts. Il supervisait personnellement les plus hauts gradés du Krav Maga et passait du temps avec les instructeurs. Imi contrôlait les progrès et les réussites de ses élèves, les captivant avec sa personnalité unique et son sens de l’humour prononcé tout en leur communiquant sa philosophie de la vie.

Le 8 janvier 1998 Imi Lichtenfeld est mort à l’âge de 87 ans, gardant l’esprit fort même dans ses derniers moments.

Le système du Krav Maga développé par Imi est fondé sur des valeurs morales et humaines, qui soulignent l’importance de l’intégrité, de l’humilité et du respect d’autrui.

NB. Imi aimait rappeler 7 principes :

 – 1) Un principe de prévention et de bon sens : éviter de se retrouver dans une situation dangereuse, par exemple si l’on fait de l’auto-stop, éviter les individus peu engageants, éviter de traverser à pied un quartier dangereux en ville, etc.

– 2) Le Krav Maga est une technique d’auto-défense basée sur les réflexes naturels du corps humain.

– 3) Se défendre et attaquer par la voie la plus courte et depuis la position où l’on se trouve, en privilégiant le minimum de prise de risque pour soi-même.

– 4) En fonction de la situation, et selon les besoins, en fonction du danger que représente l’adversaire, essayer de décourager celui-ci en parlant.

– 5) Utiliser les points sensibles du corps humain (yeux, gorge, parties génitales) pour atteindre ou maîtriser l’adversaire.

– 6) Essayer d’utiliser en priorité tous les objets à sa portée, puis les armes naturelles du corps en dernier recours.

– 7) Pas de lois (pas de règles à respecter), aucune limitation sur le plan des techniques, pas d’interdits, tous les coups sont permis (quand votre intégrité physique est en danger).